Médiation familiale

« La médiation familiale est un processus de construction ou de reconstruction du lien familial axé sur l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées par des situations de rupture ou de séparation dans lequel un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision – le médiateur familial – favorise, à travers l’organisation d’entretiens confidentiels, leur communication, la gestion de leur conflit dans le domaine familial. » 

Définition du Conseil National Consultatif de la Médiation Familiale, Juin 2002

 

Vous êtes en conflit

La médiation vous aide à en sortir, en prenant le temps de dialoguer, avec l’aide d’un tiers, dans un espace neutre et confidentiel.

Processus de régulation coopérative des conflits, la médiation peut permettre de renouer le dialogue, de retrouver un climat d’apaisement, de trouver des solutions mutuellement acceptables. 

L’espace de médiation permet d’accueillir et de transformer les conflits familiaux dans leur plus grande diversité :

« Quand on est en conflit, on est perdu, on a mal. On est sourd à l’autre aussi. Derrière ce que l’on perçoit comme un reproche, il y a son besoin. La médiatrice permet de le décoder, de l’entendre, de se dire des choses qu’on ne s’est jamais dites, sans se laisser aller à la dispute. »

Dans quels contextes l’intervention d’un tiers médiateur familial peut s’avérer pertinent ?

  • Le conflit est précisément le point d’entrée en médiation. Il peut aller du simple désaccord sans enjeu, à une rupture totale de communication, en passant par une communication particulièrement tendue. Dans tous ces cas, la médiation a sa place, même (et surtout) lorsque les personnes ne peuvent plus se parler !
  • Démarche volontaire: la liberté d’adhésion est un principe déontologique de la médiation. Une fois informées sur la médiation, les personnes sont libres de s’engager, ou non. Elles sont, par conséquent, libres de mettre fin à la médiation à tout moment.
  • Une médiation familiale est dite conventionnelle ou spontanée lorsqu’elle est à l’initiative des personnes en conflit. A ce titre, elle peut permettre l’économie d’un recours en justice.
  • Elle peut aussi se mettre en place en complément d’une procédure judiciaire à tout moment : avant, pendant, après.

Dans tous les cas, engager une médiation familiale, c’est se donner la possibilité de décider de solutions adaptées aux réalités de sa propre situation, plutôt qu’elles soient imposées par le Juge aux Affaires Familiales… et d’éviter que perdure une procédure judiciaire coûteuse en temps, en frais et en souffrance.

 

Les accords en médiation familiale

  • La médiation peut permettre aux personnes de se réinventer ensemble un quotidien plus satisfaisant. Co-construits par les personnes en médiation, les accords sont au plus près de leurs besoins spécifiques et ont davantage de chance d’être respectés, sur la durée.
  • Ils peuvent être oraux ou écrits. Dans ce dernier cas, ils peuvent être homologués par le Juge aux Affaires Familiales.

La médiation se place dans une logique de coopération et de recherche de solutions dans l’intérêt commun. Elle « permet de dépasser les intérêts partisans et d’accéder à plus de « justice » parce qu’on y introduit plus de « justesse » dans la connaissance des hommes. »

 

Le médiateur familial

  • Garant du cadre, il le pose et le fait respecter, pour favoriser l’écoute et la communication et ainsi faciliter le processus.
  • Confidentialité : principe déontologique auquel le médiateur est tenu, qui va de pair avec son indépendance : il n’a de comptes à rendre à personne.
  • Multipartialité: le médiateur est au soutien de l’un et de l’autre.
  • Neutralité : le médiateur aide les personnes à trouver leur propre solution au conflit qui les oppose, sans jugement. Il n’est pas là pour les conseiller, leur dire ce qu’il y a de mieux pour elles, même s’il a des connaissances théoriques solides sur la psychologie, le droit, la sociologie, etc. Ce que le médiateur sait, c’est qu’il ne sait pas pour les personnes, chaque relation étant unique et singulière.

Spécialiste du conflit, la médiatrice de REVELINK est une professionnelle qualifiée, titulaire du Diplôme d’Etat de Médiateur Familial, adhérant aux principes déontologiques de la profession. Elle a obtenu le Trophée des mémoires 2020 pour « L’impro, une pratique au service de la médiation familiale ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Adhérente à l’APMF (Association Pour la Médiation Familiale), elle fait partie de plusieurs groupes de travail de médiateurs lui permettant de se former en continu et de faire évoluer sa pratique.

Pour assurer aux personnes un accompagnement sécurisé, la médiatrice familiale fait analyser sa pratique régulièrement.

Pour prendre RDV, appelez le 06 63 02 39 60 (laissez un message avec vos coordonnées pour être rappelé dans les meilleurs délais) ou un email